-A +A

 Dunkerque a réuni les « villes mémoires » du monde entier!


Le 27 mai, la Communauté urbaine a organisé une conférence d’envergure internationale, ouverte au public, sur le thème des « villes mémoires ». Tout comme Dunkerque et nombre de villes de l’agglomération, ces villes ont été détruites pendant les deux conflits mondiaux du XXe siècle et qui ont su se reconstruire au lendemain de la guerre. La Communauté urbaine de Dunkerque et dix villes invitées ont alors pu confronter lors de ce colloque leur expérience sur les thèmes de la reconstruction, du tourisme de mémoire, de l’attractivité du territoire et de la résurgence des sentiments nationalistes. Cette rencontre internationale s’est accompagée de nombreux événements culturels qui mobilisent de nombreuses villes de l’agglomération.


Des "villes mémoires"... qui se sont reconstruites

1945. Tout est à reconstruire. Largement détruites pendant la Grande Guerre, Dunkerque et son agglomération viennent de payer un tribut encore plus lourd durant la Seconde Guerre mondiale. Réduites à l’état de ruines. Villes martyres à de nombreuses reprises durant leur histoire tourmentée, Dunkerque et les villes de notre agglomération se retroussent les manches avec force, courage et ténacité pour se doter d’un avenir. Malgré les traces indélébiles laissées par l’Histoire dans son patrimoine et dans la mémoire de ses habitants. Comme tant d’autres villes et agglomérations d’Europe et du monde entier, elles ont relevé la tête après avoir connu les affres de la guerre.

Un colloque et des manifestations ouverts à tous

Trois quart de siècle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Communauté urbaine de Dunkerque a pris l’initiative de fédérer autour d’elle ces « Villes Mémoires ». Ypres (Belgique), Rostock (Allemagne), Gdansk (Pologne), Guernica (Espagne), Saint-Pétersbourg (Russie), Volgograd (Russie), Bizerte (Tunisie), Caen, Oradour-sur-Glane ou encore Hiroshima (Japon) ont accepté cette invitation et ont participé aux 3 tables rondes de ce colloque international.