-A +A

Les enjeux d'un développement urbain durable

Le développement durable est maintenant ancré dans les principaux textes d’orientation de l’action publique, tant au niveau local que national ou européen. Or, si les principes à l’oeuvre sont assez clairs – répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins –, leur application à l’objet urbain n’a rien d’évident. Car la ville mêle patrimoine bâti, flux, processus, chacun en interaction avec les autres ; elle possède ses propres règles de fonctionnement, en équilibre spontané entre le mode de vie des habitants et les infrastructures.

De longue date, la ville a été gérée selon un schéma technique visant à assurer ses fonctions essentielles : assainissement, déchets, circulation, énergie, espaces verts, etc. C’est cette vision cloisonnée que le développement durable remet en question, en considérant la ville comme un tout intégré au sein d’un territoire, d’une région, d’une planète. La ville durable doit donc réviser à la fois ses modes de fonctionnement et les principes du développement urbain, afin d’accompagner – sinon de provoquer – les mutations de la société.

La ville est le cadre qui définit nombre de comportements sociaux, puisqu’elle concentre travail, habitat, loisirs et fonctions administratives. Elle est un terrain idéal pour appliquer le principe de subsidiarité, en permettant d’agir au niveau de l’habitant, du quartier, de la commune ou de l’agglomération : avec 80 % des Français vivant en zone urbanisée, toute action a un impact potentiel fort.

C’est un travail de longue haleine, car l’objet urbain comme les politiques qui le concernent ont une grande inertie. Le paradigme de la ville durable demande en particulier aux collectivités publiques de mettre en place de nouvelles façon de concevoir et d’agir